jeudi 10 novembre 2016

Retour vers le futur 2

Nous sommes retournées au stand  de réalité visuelle pour le tester!
Ce fut une expérience impressionnante, bien au delà de ce qu'on attendait.

Nous avons questionné un des animateurs : celui-ci nous a dit qu'avec ce casque (actuellement, car la technologie ne cesse d'évoluer) nous pouvions regarder des films en réalité augmentée, des vidéos, jouer à des jeux vidéos, et même pour les personnes à mobilité réduite, visiter des musées tout en étant chez soi!

Selon lui,  le casque peut être utilisé dans le domaine de la psychologie :  en effet le casque peut être porté par des anciens combattants traumatisés par leur vécu. Pendant plusieurs séances chez un psychologue spécialisé, les anciens soldats portent le casque et  voient les paysages qui sont liés à des moments douloureux pour eux, lors de la guerre... Ce processus permettrait de les apaiser et de les "guérir" de leurs traumatismes.
 
De plus les personnes dotées d'un smartphone Sony Xperia pourront connecter leur téléphone à la console et choisir un décor naturel, de sorte qu'ils soient plongés dans un autre lieu tout en pouvant par exemple travailler...

Nous avons bien compris que l'animateur était là pour faire la promo de ce produit, mais, tout de même, nous avons été impressionnées par les possibilités d'exploitation de ce casque.

Comme nous sommes des blogueuses intrépides et pas peureuses, nous avons testé pour vous la réalité virtuelle. Nous... enfin, Charlotte a testé !
Transportée dans un train fantôme, elle a été plongée dans un vrai film d'horreur : armée de deux manettes en guise de pistolets, Charlotte s'est transformée en vraie guerrière, dégommant les clowns à la pelle!
La preuve en images : très sexy, Charlotte, équipée comme ça!
 
Charlotte, en pleine action
 
 
Une petite réaction, Charlotte? "Ce casque est vraiment incroyable, tout ce que nous vivons à "l'intérieur" nous donne l'impression d'être réel, les bruits, les images, tout donne l'impression d'y être, je recommande!"
 

Charlotte Vaunac, Emma Ouardi et Lucie Caudron

Aucun commentaire:

Publier un commentaire