samedi 17 novembre 2018

No Escape

Fin d'après-midi mouvementée au cinéma Rex de Sarlat par les manifestants "gilets jaunes" qui ont choisi ce lieu pour poursuivre leur manifestation.
Ils ont quelque peu perturbé le déroulement du Festival, en bloquant l'accès au cinéma pendant une dizaine de minutes.


Manifestantz devant le cinéma Rex de Sarlat
Mathieu Chiotti

A strar is born



Maleaune Paquin, acteur du film Rémi sans famille tient le rôle principal : Rémi. 
 
Du haut de ces 13 ans, Maleaune pendant la séance de questions devient rapidement le premier animateur de cette séance prenant la place d'Antoine Blossier réalisateur du film.
Ainsi grâce à lui nous apprenons que Daniel Auteuil "est un gros nounours" et qu'il ne pouvait pas rêver mieux comme acteur pour son premier film, que les scènes qu'il a préférées tourner sont celles avec les animaux ou encore celles ou il pleure. Le jeune acteur révèle même son secret et avoue que tout le monde pourrait être acteur : "il suffit de vivre la situation".
Antoine Blossier a quand même eu droit à une série de questions qui tout d'abord ne concernaient pas la réalisation mais les animaux. C'est comme cela que l'on sait que Darkness, Capi dans le film, est un chien très facile pour les tournages. En deux, trois prises c'est fini. Au contraire, Titus, Joli-Coeur dans le film, est un capucin plutôt capricieux n'aimant ni son costume ni le réalisateur. Anecdote : Titus met son costume et garde son chapeau, mais quand Antoine dit action, il enlève son chapeau quasiment à chaque fois ! La seule prise durant laquelle Titus doit enlever son chapeau, quand Antoine dit "action", il le garde ! pour le plus grand malheur du réalisateur.
Et pour finir quelques spectateurs, ayant reconnu la ville de Cordes sur Ciel veulent connaitre les lieux de tournage. M. Blossier dévoile donc que les tournages ont eu lieu à Albi et dans l'Aubrac.


Antoine Blossier et Maleaune Paquin en plein échange avec le public
Mathieu Chiotti

Le voyage de la vérité

L'un des plus célèbres dessins animés (qui a fait pleurer toutes les générations) est adapté au cinéma par Antoine Blossier et est diffusé aujourd'hui au Festival du Film de Sarlat.
 
"Très beau film", ému du début à la fin" disent les spectateurs en sortant.
 
Mais de quoi parle vraiment ce film ?
Rémi, incarné par Maleaune Paquin, est un enfant adopté par une mère qui le garde sans que son mari, travaillant sur Paris, le sache. C'est quand le mari, victime d'un accident du travail, est obligé de rentrer, qu'il découvre l'enfant. Il décide de l'emmener à l'orphelinat. Sur le trajet, après quelques péripéties, un homme propose de louer l'enfant. D'abord effrayé, Rémi comprend rapidement que grâce à cet homme, Vitalis, il va découvrir le goût de la chanson.
Nombreuses sont les aventures qui arrivent à ces saltimbanques. Arrestations, misère, et secrets sont les mots caractérisant leurs voyage.
 
Rémi sans famille est donc un film tragique avec des personnages attachants. 


Affiche Officielle du film Rémi sans famille
Mathieu Chiotti

Le silence de la guerre

Los Silencios de Beatriz Seigner, film en sélection Tour du Monde, a tenu en haleine le public pendant la totalité de la projection. 
En effet, ce film racontant l'histoire de réfugiés ayant fui les guérillas en Colombie, nous suivons l'arrivée et les difficultés d'une femme et son fils dans un nouveau village. Sans nouvelles de son mari et sa fille disparus, elle s'est résolue à leur mort probable. 
Le village hanté par les fantômes de la guerre qui dure depuis quatorze ans est menacé de disparition par des promoteurs immobiliers. Mais la réalisatrice rajoute du mystère en suivant les fantômes du mari et de la fille.
De problèmes économiques en problèmes familiaux, le film attise le suspens et le doute dans le cœur du spectateur.
Le public interrogé à la fin de la séance évoque un film "mystérieux mais très beau", "formidable à tous point de vue".


Affiche officielle du film Los silencios





Mathieu Chiotti

vendredi 16 novembre 2018

Je suis une Légende

Pour cette fin de festival, nous avons rencontré Jordan Blaya. Il est responsable avec Florent Brousse des petites séquences, mais il est également à l'accueil lycéen au Centre Culturel avec Christine D'Aloise, Annick Sanson et San. Ensemble, ils gèrent toute la logistique des quelques  600 lycéens et professeurs qui arrivent au Centre. Mais Jordan est également acteur ! Et pour couronner le tout, cette année est un peu spéciale pour Jordan car il doit remplacer Osange Sillioux pour le jury jeune.

Jordan va également préparer la cérémonie de clôture, la tradition voulant que le jury jeune fasse un petit sketch pour annoncer le résultat. Ce soir, à partir de 18h se déroulera la soirée lycéenne de clôture, où seront diffusées les Petites séquences (les 10 court-métrages réalisés par les équipes des lycéens). Ensuite, le jury jeune va remettre le palmarès des films du Bac et enfin procéder au tirage au sort pour faire gagner une PS4 à l'un des festivaliers. Pour parachever cette semaine de folies, la "BOUM" réunira tous les participants, soirée à laquelle tout un chacun rêve de participer...

Vous préciserait-on que Jordan, G.O., acteur, jury, est aussi assistant d'éducation au lycée Pré de Cordy et futur prof d'histoire et géographie ? On s'incline devant tant de casquettes (et de talent !) 


Jordan pendant la remise des trophés 



Clément ROSS et Mikaël PECYNA

L'incroyable Histoire du Facteur Cheval

Au Centre culturel, à 13h45, les lycéens ont eu la chance de voir L'incroyable histoire du facteur Cheval de Nils Tavernier.
Ce film raconte la véritable histoire du facteur Cheval, connu pour son palais naïf, "le Palais Idéal", une œuvre qui fut réalisée en 33 ans de travail acharné (10h par jour en plus de son travail de facteur).
Nils Tavernier ne se contente pas de nous montrer la réalisation progressive du Palais Idéal, il nous raconte aussi la vie d'un homme simple issu d'une classe plus que modeste pour qui la vie n'a pas été très tendre. 
En fin de séance, l'équipe de production a répondu aux nombreuses questions des lycéens qui peinaient à se remettre de leurs émotions, certains avaient les yeux rouges, d'autres regardaient Nils Tavernier avec admiration et cherchaient des question pertinentes les mains levées ne tardèrent pas. La curiosité des lycéens fut particulièrement intriguée par la manière dont le réalisateur a réussi à montrer le Palais au début de sa construction. Le réalisateur a expliqué que la porte d'entrée à été reproduite et qu'ils ont redessiner le Palais du facteur Cheval. Il a aussi avoué s'être inspiré de son père pour le rôle du facteur Cheval, et que sa fille fait une apparition dans le film : c'est la petite danseuse de 10 ans qui apparaît à la fin.  

A l'issue de la rencontre, les lycéens n'ont pas hésité à envahir la scène pour rencontrer le réalisateur, des étoiles plein les yeux les propos élogieux et une note maximale sur leur bulletin de vote. Les trois salles qui diffusent le film au cinéma Rex sont complètes : Nils Tavernier frappe fort... Peut-être une future Salamandre ?
 

Ludivine Blanc de La Morinerie, Mélanie Brugues

Une histoire sans fin

Pour les lycéens qui ont tourné les petites séquences, toute la semaine n'a été que rencontres, émotions, découvertes et bons moments. Mais malheureusement ce soir, c'est la fin... Cependant le programme réserve encore quelques surprises !

A 18h15, les élèves pourront assister au palmarès des films du bac, dans lequel les jurys remettront leurs prix. Ensuite les petites séquences des groupes suivis toute la semaine seront projetés. Après un dur labeur qui a duré plus de 2 mois, ces lycéens vont enfin révéler leur œuvre au grand jour ! Un premier pas dans l'univers du 7e art !

Pour clôturer le programme le programme lyen du festival, une soirée est organisée au Centre Culturel à partir de 21h. Les adolescents se retrouveront une dernière fois et garderont un grand souvenir de cette semaine unique et riche en émotion ! 

Brugues Mélanie, Blanc De La Morinerie Ludivine